Petite question de localisation

La traduction d'un MMO est toujours une problématique délicate : on apprécie de jouer dans sa langue, mais on est parfois habitué aux noms de lieu originaux. À défaut de proposer Elder Scrolls Online en cyrodiilique, ZeniMax fait le choix de la cohérence.

La localisation (cette pratique qui consiste à adapter un jeu et son contenu à un marché local) est traditionnellement une question délicate : les joueurs apprécient généralement de jouer dans leur langue maternelle, mais on sait aussi qu'ils rechignent parfois à changer leurs habitudes.
Elder Scrolls Online est confronté à cette problématique puisque le MMORPG sera intégralement disponible en anglais, français et allemand (à défaut de proposer le MMO en cyrodiilique, la langue commune des habitants de Tamriel). Le studio traduit l'ensemble du contenu, incluant les noms de lieux que les (vieux) joueurs étaient habitués à croiser en anglais dans les opus précédents (non traduits) de la série.
On sait la question sensible et le studio ZeniMax Online s'en explique sur le site officiel : le développeur fait le choix de la cohérence. Lorsqu'un nom de lieu fait écho à l'histoire du lieu et est donc significatif, il est alors « localisé », c'est-à-dire traduit afin de lui donner du jeu.

La langue la plus parlée à Tamriel est celle de Cyrodiil. Toutefois, en tant que joueurs, nous ne savons ni la lire ni la comprendre. Pour communiquer avec les PNJ et autres joueurs, les mots de cyrodiilique sont traduits, dans le langage spécifique utilisé pour le jeu : ici, français, anglais ou allemand. Pour être cohérent, cela comprend aussi les noms des lieux, personnes et créatures. Illustrons notre méthode avec deux exemples. Dans les jeux précédents, « Daggerfall » avait conservé son nom anglais ; c'est un des nombreux toponymes hérités des premiers jeux qui n'ont jamais été traduits. Dans ESO, les joueurs francophones combattront pour ou contre « Daguefilante ». Bien entendu, ce sont exactement les mêmes endroits, seuls leurs noms cyrodiliques ont été traduits de manières appropriées. Selon la légende, le fondateur de Daguefilante lança sa dague en l'air et jura de commencer la construction là où elle chuterait, ce qui se reflète dans toutes les traductions de « Daggerfall ».
Il en va de même pour les célèbres « Summerset Isles », qui ne sont, jusqu'à présent, apparues en tant que véritable lieu dans aucun jeu traduit et sont, tout comme « Daggerfall » un autre héritage des premiers Elder Scrolls. Dans ce cas, nous avons choisi de conserver la subtilité du toponyme anglais, et de conserver l'idée de déclin du soleil. Les elfes jouent de poésie pour unir « summer » et « sunset » ; ainsi les francophones fouleront-ils l'« Archipel du Couchant ».
Notre équipe de traduction, composée de fans de la série, a de nombreuses années d'expérience en matière de jeux vidéo. Certains ont même travaillé sur d'anciens titres Elder Scrolls.

Pour mémoire, Elder Scrolls Online repose sur des mécanismes de serveurs uniques, regroupant les joueurs automatiquement et de façon transparente par affinités (selon ce qu'ils font in-game, leur campagne mais aussi selon leur langue). Les joueurs préférant la version originale devraient pouvoir le configurer dans leurs options.

Réactions (60)

  • En chargement...

Que pensez-vous de The Elder Scrolls Online ?

230 aiment, 98 n'aiment pas.
Note moyenne : (355 évaluations | 50 critiques)
7,0 / 10 - Bien
Evaluation détaillée de The Elder Scrolls Online
(224 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

481 joliens y jouent, 654 y ont joué.

Suivez-nous : Facebook Twitter Google+ RSS