PGW 2013 - Premier aperçu de la démo jouable d'Elder Scrolls Online

Les équipes de ZeniMax Online sont à Paris à l'occasion de la Paris Games Week et, tout au long de la semaine, présenteront Elder Scrolls Online aux joueurs franciliens. Bref aperçu.

PGW 2013 - Premier aperçu de la démo jouable d'Elder Scrolls Online

La quatrième édition de la Paris Games Week ouvre officiellement ses portes au public aujourd'hui et le salon francilien est notamment l'occasion de tester Elder Scrolls Online, le MMORPG du studio ZeniMax Online.
Comme à la gamescom, la démo de The Elder Scrolls Online nous invite à rejoindre le Pacte de Coeurébène, pour incarner le digne représentant de l'un des trois peuples composant la faction, un Elfe noir, un Nordique ou un Argonien, avant de se lancer dans l'exploration de Bleakrock Isle, une île enneigée de la région de Bordeciel (Skyrim). On s'aventure ainsi dans un petit village aux allures vikings, peuplés de solides habitants nordiques.
Et si on ne peut évidemment pas se forger un avis définitif après seulement quelques dizaines de minutes de jeu (nous y reviendront plus en détails au cours de la semaine et des différents rendez-vous que le développeur fixe à la communauté), force est de constater qu'au-delà du scepticisme que suscite parfois le MMO, cette démo est plutôt une bonne surprise et encourage à pousser plus loin l'expérience.

Moulin Bleakrock
Nord

De prime abord, les graphismes sont fins, le jeu est parfaitement fluide (si la configuration des machines utilisées pour faire tourner la démo n'est pas connue, on nous assure qu'Elder Scrolls Online est jouable sur une machine vieille de deux ans en qualité « haute » et les tests internes s'avèrent concluant même lors de grands rassemblements opposant plusieurs dizaines de joueurs). On retrouve quoiqu'il en soit rapidement ce sentiment savoureux d'immersion propre aux MMO, qui pousse à explorer chaque recoin, à discuter avec chaque PNJ pour en apprendre un peu plus sur le monde qui nous entoure.
On crée rapidement son personnage (les options de personnalisations ne sont pas pléthoriques mais l'intérêt ici est ailleurs) et on opte pour l'une des quatre classes jouables disponibles (le Chevalier Dragon, le Templier, la Lame Noire ou le Sorcier) et on découvre surtout, un peu plus en détails, le contenu de leurs arbres de compétences respectifs afin de mieux cerner leur rôle.

Contre l'avis des équipes de Bethesda / ZeniMax Online, on opte pour un sorcier (plutôt fragile à bas niveau) et on pousse le vice jusqu'à le spécialiser en invocation (le développeur n'est pas encore satisfait du comportement des pets, qu'on ne peut pas encore réellement commander très finement - c'est en cours, en fonction des commentaires des bêta-testeurs).
On débute au niveau 2, et déjà on se laisse volontiers prendre au jeu et aux premières quêtes. Evidemment, il faudra trouver et discuter avec des PNJ (pour nous encourager à explorer les abords de Bleakrock Isle), mais quand une villageoise nous demande de retrouver son époux, on ne se contente pas de suivre un chemin tout tracé ou d'utiliser la carte. On en appelle au chien du disparu et c'est le limier qui nous guidera jusqu'à son maître en mauvaise posture. Idem lorsque la région est attaquée par des bandits. Il ne s'agit pas simplement d'éliminer des cohortes de malandrins : on récupère un costume sur la dépouille de l'un d'eux pour se déguiser et s'infiltrer dans le camp des bandits, tout en prenant soin de rester discret et de ne pas se faire repérer (un icone à l'écran indique lorsqu'on est observé, voire lorsqu'on est en danger, et qu'il faudra s'éclipser rapidement ou se préparer combattre sorts et armes au poing...

L'expérience de jeu est courte et les conditions d'un salon sont peu propices à l'immersion, mais on se laisse néanmoins volontiers embarquer et l'expérience attise incontestablement la curiosité - on est curieux de poursuivre l'expérience un peu plus avant.
Chacun pourra quoiqu'il en soit de se forger un début d'opinion, par exemple dans le cadre de la Paris Games Week 2013. Nous y reviendront un peu plus en détails au fil de la semaine.

Réactions (70)

  • En chargement...

Que pensez-vous de The Elder Scrolls Online ?

230 aiment, 98 n'aiment pas.
Note moyenne : (355 évaluations | 50 critiques)
7,0 / 10 - Bien
Evaluation détaillée de The Elder Scrolls Online
(224 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

482 joliens y jouent, 654 y ont joué.

Suivez-nous : Facebook Twitter Google+ RSS