Nous avons pu tester… Summerset

Le 27 mars, la section JoL-TESO a fait partie des invités lors d’un événement presse à Londres présentant plus en détails le prochain Chapitre de TESO : Summerset. Elloa et Nakalololo se sont rendus sur place et vous livrent ici leur compte-rendu.

4c06eb0a94226c19605adf78c717d974.jpg

Tandis que nous approchons à grands pas de la sortie du prochain Chapitre de TESO : Summerset, le 5 juin prochain, Nakalololo et la streameuse Elloa se sont rendus à Londres afin d’assister à une présentation du Chapitre et de le tester lors d’un hands-on d’environ une heure.

C’est dans un décor féérique que nous avons été accueillis, entre des arbres colorés et fleuris nous rappelant ce qui donne son nom à l’Archipel de l’Automne. Mais avant de pouvoir poser les mains sur le jeu, nous avons assisté à une traditionnelle présentation des points principaux qu’apporte le Chapitre.

Après avoir passé un portail magique, nous sommes arrivés dans une salle de jeu au Couchant...

Matt Firor, directeur du jeu, a commencé par un récapitulatif des derniers mois sur le jeu, consolidant l’objectif d’y apporter du nouveau contenu avec une mise à jour toutes les douze semaines. Il nous a également réaffirmé l’envie des studios de participer à plus d’événements communautaires, comme par exemple les conventions PAX.

Place ensuite au cœur de cette présentation : le nouveau Chapitre Summerset. L’Archipel du Couchant sur lequel nous nous rendons n’est pas un lieu comme les autres, et des rumeurs le désignent même comme berceau de la magie en Tamriel. Les paysages ont été façonnés par les Hauts-Elfes afin de transmettre la beauté de leur peuple. Une grande partie de l’île est parsemée de ruines aldmeri et les villes sont souvent construites par-dessus ces dernières. Les villes et les bâtiments eux-mêmes traduisent la démesure de ce peuple. Certaines constructions sont modelées pour rivaliser avec les plus hautes montagnes de l’archipel.

Mais l’île n’est pas faite que de beauté et de poésie, d’importantes tensions politiques agitent la vie des Altmer. Certains dirigeants sont en total désaccord avec le décret de la reine Ayrenn visant à ouvrir les frontières. C’est pour cette raison que cette dernière a envoyé son Œil, l’espion Razum-Dar, enquêter sur la situation. C’est lui que les joueurs aideront lors de leur arrivée dans la patrie altmeri.

b71873445a9885be59349856e9cd4e48.jpg

Mais les problèmes de l’île sont peut-être plus gros que de simples tensions politiques, puisque les Psijics eux-mêmes, disparus de la surface de Nirn depuis trois-cent-cinquante ans, réapparaissent pour intervenir.

Ce n’est pas moins de trente heures de quêtes qui nous attendent. Mais ce Chapitre n’apporte pas que cela, il introduit également la joaillerie, nouveau métier d’artisanat qui ne sera disponible que pour les possesseurs de Summerset. Il sera cependant possible d’acheter des bijoux craftés sans avoir accès au métier soi-même.

Le PTS ouvrira en avril et l’early access débutera le 21 mai.

Hands-on

Nous avons enfin pu mettre nos mains sur le jeu ! Nous nous sommes donc créé un nouveau personnage afin d’essayer le nouveau tutoriel, et très vite, nous nous sommes retrouvés dans un lieu… pour le moins surprenant. (Attention, la suite de cet article va légèrement spoiler le contenu de Summerset !)

985da284a99677bb666d8061804fbcc3.jpg

Des neurones géants… On s’attendait à pas mal de choses, mais des neurones géants… Non, personne n’aurait pu le prédire. Notre personnage fraîchement créé semble donc se balader à l’intérieur d’un gigantesque système nerveux. Voilà qui annonce la couleur : si ce Chapitre à des airs familiers pour les amateurs de Fantaisie, il recèle également quelques surprises. Celles-ci viendront, à n’en pas douter, essentiellement des Psijics que nous n’avons pu qu’apercevoir de loin, même durant ce hands-on, mais qui font planer un voile supplémentaire de mystère et d’originalité sur ce Chapitre.

Une fois sorti de ces limbes arcaniques, notre personnage se réveille au Couchant et rejoint vite Razum-Dar, le Khajiit bien connu des joueurs, qui nous envoie prendre la température suite au décret de sa reine.

Nous entrons donc dans la première ville que nous visiterons, après avoir admiré la flore et la faune locale, bigarrées à souhait ! La ville quant à elle, Shimmerene, a tout d’un labyrinthe lumineux, érigeant ses tours comme elle déploie ses rues dans un environnement en trois dimensions qui confirme la volonté des développeurs de concevoir des villes plus organiques, dans la lignée d’Orsinium et du Débarcadère d’Abah. On s’y perdra vite au détour de ruelles ou de bâtiments à explorer, de ports à l’eau azure et de terrasses aérées.

Mais le devoir nous appelle déjà, car tout ne tourne pas rond, évidemment, et on perçoit déjà l’agitation faire bouger les jointures des pierres blanches. Et de fil en aiguilles, la couleur des pierres même se ternit, car nous somme entraînés dans les ruines aldmeri sous la ville où une atmosphère de complot daedrique semble se propager.

57e10fa19892d2e64ac5ccf73540968a.jpg

Nous assistons dans notre descente à une évolution verticale des ambiances et des décors. Alors que nous arrivions sur les hauteurs fleuries où les tours percent le ciel, nous avons fini par traverser l’entremêlement des rues et percer à notre tour la terre pour découvrir que tout n’est pas rose et que sous la surface immaculée, la terre est tachée.

Comme dans une métaphore, nous refaisons surface dans un labyrinthe végétal et repartons derechef informer Razum-Dar des complications que nous n’allons pas tarder à rencontrer.

Les paysages du Couchant ressemblent à ceux d’Auridia et l’île entière semble en être une version perfectionnée. Mais que les fleurs et les tours blanches ne nous envoûtent pas comme le feraient d’espiègles fées ; sous sa surface se cachent de curieux secrets.

L’avis de la rédaction

Nakalololo

203716c09f19138be89c3284d3949565.jpg

Avec ce Chapitre, Zenimax marque sa volonté d’offrir un contenu très diversifié suivant les régions du jeu, variant même les genres en empruntant à la Haute-Fantaisie pour créer la patrie des Altmer. Si le côté rafraîchissant qu’apporte ce nouveau contenu est bienvenu, la direction artistique est tout de même très classique. C’est du déjà vu dans le monde du jeu vidéo, et ce manque d’identité et d’originalité déplaira à certains. Cependant, quelques surprises se cachent sous le vernis, et en grattant un peu, on s’aperçoit qu’il y a peut-être plus que ce que les apparences laissaient deviner.

Les Psijics, pour commencer, contrebalancent le côté classique des premiers abords en offrant des ambiances très surprenantes et plutôt ambitieuses. Nous avons eu peu d’occasions de les apercevoir, mais le peu qu’on a pu en voir dans le tutoriel laissait présager une véritable prise de risque au niveau du lore. Entre les compétences qui ont été dévoilées et les partis-pris visuels que nous avons découverts, nous pouvons sans trop nous avancer affirmer qu’ils apporteront le piquant dont le Chapitre semble manquer de prime abord.

Les Daedra ensuite – eux, évidemment – tireront les dernières ficelles d’une grande intrigue lancée avec Morrowind. Ce sera donc le moment des révélations et leur présence ne saura que trop bien nuancer l’atmosphère idyllique de l’île.

La politique sera également présente, peut-être même plus qu’en Vvardenfell puisque nous y sommes plongés dès nos premiers pas d’étranger fraîchement débarqué.

Bref, si l’esthétique globale n’a rien de bien nouveau, elle n’est peut-être qu’un voile qui couvre surprises et secrets, n’attendant que de venir lui faire contraste. Car c’est réellement dans l’histoire, dans le lore, que ce Chapitre a pour moi tout son intérêt. Difficile de pouvoir jauger sa qualité après un hands-on d’une heure, mais on peut tout de même deviner – en traversant les ruines aldmeri sur lesquelles les villes sont bâties ; en apercevant ce à quoi peuvent ressembler les réalités des Psijics ; en discernant encore l’histoire ancienne que la végétation de l’archipel dérobe – que ces terres ont bien plus à nous apprendre que la manière dont quelques tours blanches peuvent atteindre le ciel.

Alors, certes, ce Chapitre n’apporte pas beaucoup de contenu. La zone est belle, mais peut-être pas aussi grande que ce à quoi la carte pouvait nous préparer. Artaeum vient toutefois ajouter un peu de superficie et si nous n’avons pas encore pu la visiter, nous pouvons gager qu’elle apportera une touche d’originalité bienvenue. On peut également noter que les équipes de développement ont atteint une maîtrise dans la conception des villes absolument remarquable.

Autrement, eh bien la joaillerie fait office de principale feature avec la nouvelle ligne de compétence psijique. Si l’introduction d’un nouveau métier peut paraître anodine, il ne faut pas oublier qu’apportant de nouveaux traits, il influe sur plusieurs systèmes de jeu, à commencer par le PvP qui devra se contenter de ces deux ajouts pour ce Chapitre.

Les joueurs PvE seront moins en reste, avec l’arrivée d’une nouvelle Épreuve à douze joueurs très aérienne. Les griffons, très présents, promettent d’intéressantes mécaniques qui nous feront peut-être utiliser encore plus les trois dimensions spatiales dans lesquels nous évoluons aussi bien en Tamriel que par chez nous.

Et en parlant de nouveaux défis, ce Chapitre introduit un nouveau type de rencontre PvE : les geysers abyssaux. La mécanique est sensiblement la même que celle des Ancres de Molag Bal, mais il est tout de même agréable qu’un type de rencontre soit propre à une région. Espérons que les développeurs continueront sur cette idée pour les prochaines !

Ce Chapitre a des allures de gros DLC, et c’est sans doute ce qui le dessert le plus. Certes, Zenimax se refuse à parler d’extension au sens qu’on lui connait dans les MMO ; il s’agit d’un ajout accessible à tous, et non pas d’un contenu end-game. Mais le fait est que les joueurs de MMO ont leurs habitudes… et leurs attentes. Et s’ils identifient les Chapitres de TESO comme les extensions des autres MMO, ils en attendent également la même quantité de contenu. Hors, Summerset n’offre pas autant de features qu’elle aurait pu. Les amateurs de lore et de quêtes seront ravis, mais les joueurs plus classiques de MMO resteront certainement sur leur faim. Un nouveau rappel que TESO s’identifie comme un RPG Online, et non plus un MMORPG.

Elloa

d0ff82eabd2a82657064ad835759e02c.jpg

Comme toute personne suivant de près les nouvelles concernant The Elder Scrolls Online, je connaissais presque tous les détails du nouveau Chapitre Summerset avant même qu'il ne soit annoncé par Zenimax. Le thème avait été suggéré habilement par l'une ou l'autre quête en jeu, tandis que mon site russe préféré avait divulgué de plus amples informations dataminées, telles que la nouvelle ligne de compétence psijique, des noms de lieux et dialogues de quêtes.

Je n'étais donc nullement surprise lorsque la bande annonce de Summerset a été révélée. N'étant guère une spécialiste du lore, comme notre bon ami Bob Lennon, je n'avais aucune attente concernant les choix esthétiques ou scénaristiques pour représenter le lieu de la haute magie de Tamriel, et les images de l'Archipel de l'Automne m'ont tout de suite séduite. Par contre, sur les forums communautaires un bon nombre de discussions passionnées fusaient déjà, critiquant le manque d'imagination ou d'efforts de Zenimax pour avoir choisi une direction artistique, somme toute, très classique. C'est donc ce point en particulier que j'avais l'intention d'éclairer lors de la conférence de presse à Londres.

Passons d'emblée aux choses sérieuses. Ma petite heure d'essai m'a de suite convaincue que Summerset est à la hauteur des Chapitres précédents. (Je compte Orsinium comme un Chapitre, bien qu'il ne le soit pas officiellement, ce DLC ayant servi de modèle pour la taille et le contenu de Morrowind et Summerset.) Tout d'abord, au cas où vous n'étiez pas enchantés des tours blanches qui semblaient davantage sortir de La Belle au bois dormant, que d'un jeu Elder Scrolls : la bande annonce ne leur rend pas justice. C'est beaucoup plus beau "en vrai" ! De près, la pierre blanche se révèle être du marbre précieux, sculpté avec raffinement de mille et un détails. Des fleurs délicates décorent chaque coin de rue tandis que des fontaines roucoulent au milieu de places exquises. Je connais quelques irréductibles nordiques qui auront envie de tout repeindre de sang plutôt que d'aider les habitants, mais si la beauté elfique de l'archipel ne vous donne pas la nausée, Summerset sera un régal pour les yeux.

Il s'agissait aussi de créer une thématique différente pour chaque Chapitre, explique Matt Firor. Après les territoires étranges de Morrowind, les terres glacées d'Orsinium, les rouages steampunk de Clockwork City, un paysage de Fantaisie classique était de bon ton. L'équipe de Zenimax travaille en duo avec Bethesda, pour décrypter le lore, et interpréter au mieux les sources pour retrouver quelque part au milieu de cent vérités, la réalité. C'est de cette façon que Zenimax a choisi la direction artistique de Summerset : une architecture digne des contes de fées, mais bien plus réaliste que des fantaisies farfelues décrites dans les livres d'un certain personnage de Tamriel.

Alors que j'explorais la première ville et tentait d'accomplir les premières étapes de ma quêtes, mon voisin de table, Desastre, se baladait en pleine nature, chassant tous les nouveaux monstres. Chacun possèdent de nouvelles attaques et animations qui démontrent une fois encore l'évolution de TESO. Il va sans dire qu'un joueur vétéran, avec son bel équipement doré et ses points de Champion ne laissera guère le temps aux monstres de montrer leurs prouesses. Mais un nouveau joueur se régalera !

Le nouveau tutoriel m'a agréablement surprise également. Il semble bien plus court que l'introduction de Morrowind (ce qui devrait en satisfaire certains) mais contient cependant tout ce qu'il faut pour initier le nouveau joueur. Le décor est absolument trippant. J'ai adoré et j'espère que ce sera un lieu que l'on pourra explorer plus en détail au cours de l'histoire.

La session d'essai était bien trop courte pour se faire une véritable idée de la qualité du Chapitre. Ayant joué et testé en profondeur tout le contenu de TESO, j'ai confiance. Nous voilà avec une nouvelle zone, sublime, à explorer. Une histoire qui démarre de façon très intrigante. De nouveaux ennemis à combattre. Des bosses, des antres, des donjons ouverts et une nouvelle épreuve...Bref un nouveau Chapitre. Rien de révolutionnaire, mais simplement du nouveau contenu, une nouvelle aventure de grande qualité, à vivre seul ou avec ses amis.

> Lire notre interview de Matt Firor <

> Consultez le compte-rendu de notre table ronde avec les développeurs <

Réactions (18)


  • En chargement...

Que pensez-vous de The Elder Scrolls Online ?

399 aiment, 124 pas.
Note moyenne : (561 évaluations | 52 critiques)
7,7 / 10 - Très bien
Evaluation détaillée de The Elder Scrolls Online
(270 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

615 joliens y jouent, 936 y ont joué.