Le système de justice d'Elder Scrolls Online : forces de l'ordre ou hors-la-loi ?

Elder Scrolls Online esquisse son système de justice : des joueurs rejoignent les forces de l'ordre, les autres deviennent hors-la-loi et les uns et les autres peuvent s'affronter dans un gameplay ouvert mêlant PvP et PvE.

Le système de justice d'Elder Scrolls Online : forces de l'ordre ou hors-la-loi ?

Avant même le lancement d'Elder Scrolls Online, les équipes du studio ZeniMax Online évoquaient un « système de justice » à intégrer dans une mise à jour à venir du MMORPG pour punir les malandrins prompts à voler le fruit du dur labeur des PNJ du jeu. Aujourd'hui, dans les colonnes de MMORPG.com, le mécanisme s'affine, gagne en ambition et le développeur pose les bases d'une fonctionnalité devant encourager des affrontements PvP hors des frontières du continent de Cyrodiil.
Car dans ce « système de justice », les joueurs pourront choisir d'endosser un rôle de gardien de l'ordre ou au contraire de hors-la-loi. Et les deux camps ont naturellement vocation à s'affronter au coeur de Tamriel et au sein même des factions du MMO.

Au service de la loi et l'ordre

a93533d554155536f6508d368be8158b.jpg

Les joueurs animés par un idéal de justice pourront donc rejoindre les forces de l'ordre -- les Enforcers. Il suffira de s'inscrire dans une Tour de Garde pour recevoir un tabard, l'uniforme du protecteur des cités de Tamriel, et ainsi commencer à patrouiller. Dès lors qu'il est porté (et que le joueur est donc « en service »), le tabard dispose d'une propriété utile pour mener sa mission à bien : mettre en évidence les hors-la-loi recherchés. Et comme le crime est une affaire sérieuse en Tamriel, les criminels sont passibles de mort : dès lors qu'il est identifié, le hors-la-loi peut être attaqué librement -- le PvP est automatiquement activé, même pour un membre de sa propre faction.
Deux possibilités émergent alors : le hors-la-loi est tué, les objets qu'il a volé sont récupérés, rapportés à la tour des gardes la plus proche et le justicier est récompensé pour avoir fait acte de justice. Dans le cas contraire, le hors-la-loi parvient à fuir la ville et se faire oublier ou à se réfugier dans la « tanière des hors-la-loi », une zone de non droit inaccessible des forces de l'ordre et réputée pour ses activités de recel (on peut y revendre les objets volés en toute impunité).

Le fléau chevalier-dragon

Les forces de l'ordre disposent en outre de la capacité d'identifier les repaires de brigands (PNJ) pour tenter de les arrêter (dans une phase de gameplay PvE donc) et de récupérer le butin qui pourra être rapporté à la tour des gardes. Ces repaires peuvent néanmoins être protégés par des pièges qu'il faudra trouver et désamorcer. Selon le développeur, des secrets (rémunérateurs) peuvent être cachés dans ces repaires et seules les Enforcers y ont accès. Avis aux chasseurs de primes.

Les hors-la-loi

Armure de Redgard

Pour justifier la présence de gardes, il faut évidemment des hors-la-loi vivant dans l'ombre, de petits et gros larcins. Ils disposent donc de la capacité de dérober les possessions de certains PNJ (via une option « pickpocket » qui a plus ou moins de chances de réussir selon les circonstances). Le malandrin pourra ainsi obtenir, à bon compte, des objets plus ou moins rares voire quelques informations précieuses que les habitants de Tamriel préféreraient garder secrètes (on évoque des cartes indiquant des caches secrètes à piller, par exemple).

Mais on ne vole pas impunément et chaque acte criminel fera augmenter un « niveau de criminalité » (de 1 à 20). Les petits voleurs devraient relativement peu intéresser les gardes locaux. Mais plus les larcins sont importants et fréquents, plus le hors-la-loi sera sur la sellette.
Pour faire baisser ce niveau de criminalité, il suffira de se faire oublier un moment -- hors de la cité ou dans la « tanière de voleurs ». À chacun de mesurer les risques de ses actions en fonction des conséquences (les larcins les plus rémunérateurs sont évidemment ceux présentant le plus de risques). Les moins prudents pourraient ainsi se faire attraper, voire tuer, par la garde : dans ce cas, il faudra payer la prime placée sur sa tête et les objets volés seront confisqués. Le malandrin étant néanmoins d'un naturel revanchard, il pourra aussi ressusciter et tenter de récupérer l'objet de son larcin... en essayant de tuer l'Enforcer qui l'a arrêté avant qu'il n'atteigne la tour de garde pour y restituer les objets volés. Une forme de rattrapage criminel, en quelque sorte.

On le comprend, le « système de justice » d'Elder Scrolls Online prend logiquement des allures de jeux du gendarme et du voleur et devrait donc alimenter une nouvelle forme d'interaction entre les habitants de Tamriel, mêlant PvE et PvP. Et si le développeur n'en dit pas plus pour l'instant, ce mécanisme s'inscrit manifestement dans les activités de la Confrérie Noire (The Dark Brotherhood) déjà croisée dans les opus précédents de la série des Elder Scrolls. Selon toute vraisemblance, les forces de l'ordre et les hors-la-loi pourraient à l'avenir s'affronter autour d'enjeux bien supérieurs que ceux de quelques larcins sur l'étal du marchand du coin.

Réactions (59)


  • En chargement...

Que pensez-vous de The Elder Scrolls Online ?

358 aiment, 120 pas.
Note moyenne : (515 évaluations | 52 critiques)
7,9 / 10 - Très bien
Evaluation détaillée de The Elder Scrolls Online
(257 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

584 joliens y jouent, 882 y ont joué.